Mum's life·Pas qu'une maman ordinaire

L’arrivée de bébé: passage de 2 à 3, une épreuve pour le couple

Voir son ventre qui s’arrondit et désirer du plus profond de son cœur que ce petit être nous rejoigne dans notre petite vie tranquille… Seulement voilà une fois que ce petit bout de chou est là ce n’est pas évident de retrouver une vie de couple comme avant et cela entraine même certaines tensions dans le couple.
Si vous pensez à faire un bébé pour ressouder votre couple, il vaut mieux oublier l’idée car cela ne fera qu’aggraver la situation…

Avant d’écrire ces quelques lignes, je me suis un peu renseignée sur le sujet. Et je viens de lire que 20 à 25% des couples se séparent après l’accouchement ! C’est énorme ! Donc oui avoir un enfant ça transforme la vie et change la vie du couple.

Il faut savoir que la grossesse sert de préparation à ce changement de vie où l’on passera d’une vie à 2 à une vie à 3. C’est une évolution dans notre vie de couple. Nous entrons dans la vie de parents et l’enjeu c’est aussi de ne pas laisser le couple d’amants se dissoudre dans la famille.

A travers ces quelques lignes, je vais essayer de vous raconter ce qu’on a traversé avec mon Homme depuis l’arrivée de notre Petit Hibou.

Retour de la maternité et nous voici à 3. Quel bouleversement et quel changement qui nous emplie de joies ! On est pour le moment sur notre petit nuage… Notre Petit Hibou requiert toute notre attention, nous impose un nouveau rythme de vie (surtout pour moi avec l’allaitement à la demande) et pas le moindre répit. Il n’y a pas de bouton pause pour souffler un peu. Notre énergie est mobilisée à choyer, dorloter, assouvir le besoins de notre Nana.
La parentalité a transformé le couple, il faut réorganiser la vie intime (même si ce n’est pas à l’ordre du jour au départ). Il va falloir apprendre à se retrouver, non pas comme avant, mais comme maintenant.

Ma vision :

Les jours passent et la fatigue s’accumule… Papa est au travail depuis le retour de la maternité car il a sa thèse à finir et moi je suis seule à la maison sur Toulouse avec peu de soutien car ici je ne connais personne…
Je commence à me sentir très seule et perdue dans mon nouveau rôle de maman et n’arrive plus à me positionner en tant que femme…
Mon corps ressemble à un vieux ballon de baudruche percé, je n’arrive plus à trouver le temps pour prendre une douche, j’ai les yeux cernés, je ne trouve plus le temps de m’habiller… Je ne me reconnais plus et cela me fait mal de me voir comme ça… Difficile d’accepter de ne pas pouvoir faire tout ce que j’ai envie… Faire la cuisine : on oublie car je n’ai presque pas le temps de manger avec ce petit être collé sur moi et surtout sur mes seins H24… En plus suite à l’accouchement j’ai le coccyx qui s’est déplacé et il ne se remettra en place que quand mes hanches auront retrouvé leur position initiale, en plus de me trouver détestable je souffre donc moralement et physiquement !  Je sens que l’adaptation ne va pas être simple et surtout je me sens terriblement seule pour affronter cette épreuve…
Heureusement j’ai su reconnaitre que j’étais perdue et appeler à l’aide mais mon Homme n’a pas pris en mesure tout mon mal être à ce moment là mais j’ai trouvé du soutien et de précieux conseil dans ma famille (Elodie, Maryse, Cathy merci à vous particulièrement).
Je ne reproche rien à mon Homme car en effet il avait sa thèse a soutenir et son rôle de père et d’amant à assumer et la priorité à ce moment là était la thèse. (Aujourd’hui c’est lui l’homme de la maison et il gère tout cela d’une main de maitre !)
Après quelques semaines j’ai l’Homme qui commence à s’agiter pour retrouver un peu d’intimité dans le couple mais moi je ne suis pas prête, je n’y arrive pas… Ce n’est pas de la mauvaise volonté mais je n’en ai pas envie. Ma libido est à zéro… Je découvre qu’avec les hormones de l’allaitement c’est tout à fait normal mais ce n’est pas simple pour mon Homme qui se montre très patient et compréhensif.
Et ce manque d’intimité joue sur notre humeur et sur nos nerfs. J’ai cette sensation que nous ne sommes plus que des parents… Notre complicité s’affaiblit et la fatigue, les pleurs de bébé, l’isolement jouent sur mes nerfs. Je recevais des piques sur ce que je faisais de mes journées à rester en pyjama avec un bébé. Il aurait fallu dès le départ que je sois capable de gérer le bébé et toutes les tâches ménagères que je faisais avant (cuisine, lavage, repassage, vaisselle…) seulement sans mauvaise volonté de ma part je ne pouvais pas tout gérer ! Je suis à fleur de peau… je le sais mais je n’arrive pas à me contrôler et je ne peux m’empêcher de lui envoyer des piques qui sont en fait des appels à l’aide. Au bout d’un certains temps j’ai compris que si je lui disais simplement les choses et lui demandait de m’aider cela fonctionnait et ma charge émotionnelle et mentale diminuait. Il pensait simplement que j’arrivais à tout gérer comme je ne demandais pas d’aide de sa part. Parfois il suffit de peu, ici dire simplement que je n’y arrivais pas, pour débloquer une situation et se retrouver apaiser.

Du côté de l’Homme :

Pas facile non plus pour eux de se positionner quand la maman allaite (ou pas mais ici c’est mon cas) et est du coup très fusionnel par ce lien avec son bébé. Le bébé tient toute la place et requiert des soins incessants.
Ici mon Homme est très patient et à l’écoute de mes besoins mais encore faut il que je lui dise… Du coup, si je ne lui parle pas de mon mal être il ne le voit pas et c’est bien normal car il n’est pas devin.
Il est possible aussi qu’il se sente un peu délaissé, négligé. Bien sûr qu’il est heureux d’être devenu papa mais il a aussi besoin de redevenir l’amant et l’être aimé. Or au départ (les 3 premiers mois environs) je n’avais pas vraiment la tête à ça.
Il va aussi devoir faire face à de nouvelles tâches et gérer encore plus le quotidien. Les nuits sont courtes pour lui aussi même si il a de la chance car en faisant le choix de l’allaitement et du cododo, il n’a quasiment jamais entendu Nana pleuré la nuit et pouvait lui dormir comme une bébé 😂
Après je ne suis pas dans sa tête, ni dans celle d’un homme mais ce nouveau rôle de papa ne doit pas être facile à gérer aussi.
L’expérience de la naissance, au masculin comme au féminin, fait partie de celles qui ne se comprennent qu’en les vivant.

Créé une nouvelle intimité

Même quand l’harmonie a régné pendant toute la grossesse, notre libido a connu des hauts et des bas. Surtout en fin de grossesse, chez monsieur, qui ne voulait plus m’approcher de peur de faire mal au bébé. 😂
Pour redevenir une amante, j’ai eu besoin de temps. Ma relation avec ma fille était si intimeque cela suffisait à combler mes besoins affectifs surtout avec l’allaitement. Je me suis installer paisiblement dans cette relation, sans penser que cela pourrait nuire à mon Homme ou même le faire souffrir. Si l’Homme ne m’aurait pas fait part de ses envies et de ses désirs, il est fort possible que j’aurai pu continuer longtemps à l’ignorer sereinement.
Mon Homme a smanifester son amour envers moi alors que je ne me trouvais pas du tout désirable. Il a réussi à me convaincre que malgré ce corps changé il avait toujours autant de désir pour moi. En agissant de la sorte, il me redonnait le désir de retrouvailles physiques et sensuelles.
Il a su me montrer son soutien en prenant en compte ma fatigue et mes coups de blues. Il s’est montré patient et a su entretenir la sensualité dans notre couple en ma faisant des câlins, des caresses et massages. Tout cela a contribué à me redonner confiance et me sentir de nouveau femme et pas seulement maman.
D’après moi il est essentiel de communiquer sur ce sujet avec son conjoint afin que chacun se comprenne. Si je tais mes peurs, mes craintes, mes difficultés, mon Homme ne pourra pas les deviner. Il faut donc mettre les choses au point.
Il nous a fallu du temps pour retrouver une vie de couple. Pour me remettre en selle, il m’aura facilement fallu 2 mois et pour un retour à la normale cela a été possible avec le retour de couche (10 mois). Il a été tardif car l’allaitement et ses hormones font qu’il intervient plus tard. C’est vraiment au retour de couche que ma libido est redevenue normale. Et surtout, il nous a fallu du temps pour trouver les bons moments où bébé dort et que nous mêmes ne soyons pas trop épuisés pour se donner l’un à l’autre.

Ensuite pour permettre des retrouvailles dans notre couple, nous avons laissé notre bébé à lorsqu’elle a eu 1 an à ses grands-parents. Ce petit week-end en amoureux nous a permis de resserrer nos liens.
Certes, la première séparation d’avec son bébé est douloureuse mais elle fait du bien au couple qui peut ainsi profiter de ses retrouvailles.
Hormis ce week-end là, nous avions pris du temps avant pour nous où notre petite Nana avait été laissé le temps d’une soirée pour que l’on aille au restaurant ou à la fête de la musique. Ce n’était pas sur un temps très long mais cela nous a fait du bien de nous retrouver ensemble. Nous parlions beaucoup de notre fille car nous ne pensions qu’à elle mais ce laps de temps a permis à notre couple de se souder un peu plus.

Pour finir, chaque couple et chaque enfant est différent mais la chose essentielle qui apparait pour que tout fonctionne durablement c’est LA COMMUNICATION. Si l’on ne se parle pas, il ne sera pas possible d’avancer ensemble…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s